Une Tunisie digne et rassemblée

Nous sommes encore assaillis par ces images riches de signification et de symboles, celles de ces pères de famille tunisiens portant fièrement sur leur dos leur progéniture, à l’occasion de la grande marche organisée contre le terrorisme islamiste. Hier, la Tunisie voulait montrer au monde qu’elle était debout, qu’elle était digne, qu’elle était rassemblée.

Et ce, en dépit de ces actes ignominieux commis le 18 mars au musée du Bardo. Dans ce grand temple de la culture carthaginoise, où resplendit la beauté.

Plus que jamais, le monde est divisé en deux strates. La première, c’est celle dans laquelle nous nous trouvons, vous et moi. Un univers où nous pensons que la démocratie, l’éminente dignité de la personne humaine, les libertés sont des valeurs non négociables. Des notions indispensables au fonctionnement de nos sociétés post-modernes. La seconde appartient à ces fous d’Allah, à ces islamistes belliqueux qui ont déclaré la guerre contre tous ceux qui ne partagent pas leur obscurantisme sanglant, leur islam des cavernes ; ils veulent le triomphe de la terreur, du fameux choc des civilisations.

Il ne faudrait pas qu’on en arrive là. Au contraire, la raison qui est au cœur des faits et gestes de la première catégorie doit nous inciter à bien cibler l’ennemi, à éviter des amalgames suicidaires, à mutualiser les moyens pour une riposte forte et efficace. Dans le temps.

Guillaume Camara

Retour à l'accueil