La justice en marche. La Cour pénale internationale (CPI) vient de lancer un mandat d’arrêt contre le président soudanais, Omar al-Bachir. Et ce, pour plusieurs chefs d’accusation notamment crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour.

 

Cette région de l’ouest soudanais est l’arène d’une tragédie qui a fait 300.000 morts selon l’ONU et 10.000 selon Khartoum, depuis 2003. La demande de cette arrestation est incontestablement un grand jour pour les militants des droits de l’homme. Longtemps, ils ont alerté la communauté des nations sur ce drame. Longtemps, ils ont dit aux puissants de ce monde le récit du martyre soudanais. Mais leurs cris sont restés lettre morte.

 

Et c’est dommage qu’aujourd’hui l’Union africaine ne s’associe pas à cette action de la CPI.

Guillaume Camara

 

 

Retour à l'accueil