Le président américain, Barack Obama, a condamné mardi l'expulsion par Khartoum des 13 organisations non-gouvernementales travaillant au Darfour et a estimé que celles-ci doivent revenir rapidement sur le terrain. 


Pour le chantre du « Yes we can », « il est important d’envoyer un message international fort et uni et de dire qu'il n'est pas acceptable de mettre en danger tellement de gens, que nous devons être en mesure de faire revenir ces organisations humanitaires sur le terrain. » Avec l'expulsion de ces organisations, « nous avons le potentiel d'une crise aux dimensions encore plus vastes que ce que nous avons déjà vu. Les Etats-Unis veulent oeuvrer aussi activement que possible avec les Nations-Unies pour essayer de résoudre la crise humanitaire immédiate et nous remettre sur la voie de la paix et de la stabilité à long terme au Soudan », a dit M. Obama.

 

Rappelons que le conflit du Darfour a déjà fait, depuis 2003, 300.000 morts selon l'ONU, 10.000 selon Khartoum, et quelque 2,7 millions de déplacés.

 

Il est temps d’agir vite.

 

Guillaume Camara

Retour à l'accueil