Que nous cache la crise malgache ? A l’heure où le Président sénégalais, Abdoulaye Wade, vient de s’adjuger les fonctions respectables de médiateur entre Marc Ravalomanana (photo) et son rival politique Andry Rajoelina, il n’est pas incongru de se poser une telle question. De scruter tous les tenants et aboutissants de cette tempête qui a déjà fait, rappelons-le, 25 morts le 7 février dernier. 

 

Pour beaucoup de spécialistes de la scène politique malgache, cette crise est d’abord le reflet d’un profond malaise social. Ainsi à Tananarive, le prix de l'essence a franchi la barre des 650 francs Cfa. Celui du riz a aussi connu une hausse substantielle. Pendant ce temps, le président, lui, ne se gêne pas de s’acheter un Boeing 737 d'un montant de plus 60 millions de dollars. Sans oublier l'affaire Daewoo : ce projet agricole qui a consisté à louer la moitié des terres arables de la grande île.

 

Au fond, que veulent nous dire les Malgaches, à travers ces séries de protestations ? Qu’ils en ont assez d’un gouvernement, champion des impérities et des dysfonctionnements tous azimuts ; qu’ils aspirent à une mutation sociale : car la souffrance est devenue leur lot quotidien.

 

Le monde pourra-t-il les y aider ? 


Guillaume Camara

 

Retour à l'accueil