Même si les résultats officiels ne sont pas encore publiés, l’on peut dire que son jour de gloire est arrivé. Selon les dernières estimations des élections générales d’Afrique du sud, Jacob Zuma (photo), candidat de l’ANC, est crédité de 66,85% des suffrages exprimés par 10 des 23 millions d'électeurs inscrits.

 

Ses partisans ont déjà commencé à faire la fête. Autodidacte, charmant danseur zoulou et adoubé par Nelson Mandela, Zuma est un chef politique chanceux. La justice de son pays vient tout juste d’abandonner les poursuites pour corruption à son encontre. Or c’est bien lui qui sera élu le 6 mai, président de la nation arc-en-ciel, au cours d'une séance extraordinaire du Parlement.

 

Sa tâche ne sera pas aisée : avec la crise qui risque de toucher de plein fouet la première puissance économique du continent noir. On estime que 43% de la population sud-africaine vit avec moins de deux dollars par jour et le taux de chômage frôle les 40%.

 

Guillaume Camara

Retour à l'accueil