La France se veut samaritaine. Début juillet, ils seront 80 immigrants clandestins à être accueillis sur le sol français.

 

Cette décision, annoncée en décembre 2008 par Brice Hortefeux (l’ancien patron du très contesté maroquin de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire) (photo) est à saluer. Elle démontre que la droite, autant que la gauche, est capable d’un geste d’humanité fort.

 

Comment cela va-t-il se passer ? Pour procéder à cette opération, les autorités françaises vont travailler en synergie avec l’île de Malte. Ce petit territoire de l’Union européenne (316 km) regorge au moins 700 clandestins.

 

La Méditerranée est pour beaucoup une aire de splendeur, d’émerveillement et de contemplation. Mais il serait incongru de ne pas souligner qu’elle est aussi le lieu de tant de tragédies humaines. Là, chavirent encore de petits navires, chargés de personnes, en quête d’un prétendu eldorado, d’une Terre promise. Là, se concrétisent les stratagèmes de quelques faux et cyniques prophètes d’un paradis à venir.

 

Nous savons tous pourquoi tous ces hommes et femmes quittent leur pays : ils ont faim ; ils fuient les guerres, la famine, la pauvreté ; ils veulent ici-bas un ciel d’épanouissement. Il est temps que l’Occident bâtisse avec le Sud une réelle politique de co-développement et de co-investissement.

 

Guillaume Camara 

 

 

Retour à l'accueil