On le sait : ce n’est jamais agréable de révéler une information lorsque celle-ci touche aux intérêts diplomatiques de deux pays. Or c’est l’honneur de la presse d’enlever sous le boisseau la vérité qui dérange.

 

S’appuyant sur le témoignage du général François Buchwalter, ancien attaché de Défense français à Alger, plusieurs médias de l’Hexagone (Le Figaro, Mediapart et l’Express) soulignent que les sept moines de Tibhirine auraient été tués par des tirs d'hélicoptères militaires algériens. Et que l’officier avait rédigé, à cet égard, un rapport pour informer le Quai d’Orsay.

 

Bigre ! Jusque-là toutes les supputations officielles nous faisaient croire que ces religieux avaient été décapités par les vilains islamistes du GIA (Groupe islamique armé). Où est donc la vérité ? Qui a tué, en 1996, ces trappistes du monastère Notre Dame de l’Atlas ? Eux qui aimaient tant l’Algérie et les Algériens. Eux qui avaient voué leur vie à la prière, au silence et au travail.

 

La balle est désormais dans le camp de la justice. Qu’aucune raison d’Etat ne vienne altérer la vérité qui honorera la mémoire de ces hommes de Dieu. Leur martyre mérite notre cri d’indignation.  

 

Guillaume Camara

Retour à l'accueil