Le Maroc est en liesse. Le pays célèbre en ce moment les dix ans de règne de son jeune monarque, Mohammed VI (photo). Fringant, pondéré, pragmatique, en une décennie, il aura permis à la terre marocaine de faire un grand bond vers la modernité, vers le développement.

 

Les chantiers y sont légion… Et cela n’a pas échappé à l’Union européenne qui lui a conféré, en 2008, un « statut avancé ». Qu’entend-on par statut avancé ? En fait, c’est un sésame juridique qui donne accès au marché européen. D’autre part le Maroc enregistre une croissance annuelle de 5%. Un nouveau code de la famille (Moudawana) donne aux femmes presque les mêmes droits qu’aux hommes.

 

Mais dans la peinture de cette monarchie constitutionnelle, l’on ne peut oublier les clameurs et frustrations des ONG et de la presse qui fustigent certaines atteintes aux droits de l’Homme. De plus, la corruption est monnaie courante chez le Commandeur des croyants.

 

Guillaume Camara

 

 

 

Retour à l'accueil