900.000 euros. C’est la somme qu’aurait dépensé le président camerounais, Paul Biya, pour lui-même et pour sa suite, pendant ses vacances à La Baule, en France. A Yaoundé, cette révélation fait scandale.

 

Pour le chef du Social Democratic Front (SDF), John Fru Ndi, « Paul Biya et ses acolytes ne font que piller le peuple camerounais ». Il s’agit d’un « complot », d’une « intox », dénonce de son côté Grégoire Owona, le secrétaire-adjoint du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC).

 

« Complot », « intox », ces mots proviennent d’un larbin qui essaie d’esquisser une défense pour son sire bien-aimé, Paul Biya. Ce prince est un habitué des dépenses somptuaires. Il dirige une des nations les plus corrompues de la planète. Pourquoi n’a-t-il pas choisi une destination la moins coûteuse comme Kribi au lieu de se rendre à la Côte d’Azur. M. Biya est comme cela : fossoyeur des deniers publics, fin tacticien, démocrate d'opérette.

 

Le peuple qu’il feint de servir, depuis vingt-sept ans, est archipauvre. Il manque de tout dans cette « Afrique en miniature » : des routes, des hôpitaux, des écoles. Oh ! tout cela est secondaire pour Paul Biya. Ce qui l’obsède, c’est le pouvoir et ses fanfreluches.

 

Guillaume Camara

Retour à l'accueil