centrafrique2.jpg

 

Une fois encore, il aura fallu la France pour décrocher, au sein des arcanes onusiens, une résolution autorisant ses troupes à intervenir militairement en Centrafrique.

 

Mais pourquoi la France, et pas d’autre pays occidental, est-elle à nouveau engagée aux côtés des Africains ?

 

Tout simplement parce que la patrie de Gaulle entretient des relations historiques, fortes, certes quelquefois mouvementées, avec ce continent. Qu’elle y a des intérêts économiques à défendre. Qu’à la différence de certaines nations membres de l’Union européenne, elle est la seule, avec les Anglais bien sûr, à posséder une armée compétente et efficace pouvant agir sur le terrain africain. Toutefois, dans ces raisons invoquées, il ne faudrait pas omettre la principale : celle de l’humanitaire. Car toutes les nouvelles qui parviennent de Bangui attestent l’urgence de stopper le martyre des populations locales. Ce pays n’a plus d’Etat. C’est le chaos. Les seules à se prévaloir d’un quelconque pouvoir restent ces petites bandes de voyous armées, tantôt politisées, tantôt islamisées.

 

On aurait aimé que l’Union africaine soit initiatrice de cette action sauvant un territoire d’Afrique en lambeaux, en danger. Mais, de grâce, n’attendez rien de celle-ci. Puisqu’elle ne sert à rien.

 

Guillaume Camara

Retour à l'accueil