Que peuvent avoir en commun Oprah Winfrey (photo1) et Madonna (photo2) ? La célébrité, la richesse et l’Amérique. Sinon quoi encore ? l’Afrique. 
Cette partie du monde est devenue pour ces deux stars le lieu où elles développent une philanthropie tournée vers le savoir.

 

La première a déjà ouvert au sud de Johannesburg une école destinée aux jeunes filles. « J’étais aussi une jeune fille pauvre qui vivait avec sa grand-mère, comme tant de ces filles, sans eau ni électricité. Je voulais donner cette opportunité à des filles si brillantes que même la pauvreté n’a pas réussi à ternir leur lumière ». Ces mots si émouvants, si poignants sont ceux d’Oprah. Vraisemblablement, c'est en les entendant que Madonna s'est lancée, à son tour, dans la construction d'un établissement d’enseignement, Raising Malawi Academy for Girls (RMAG), près de la capitale administrative, Lilongwe.

 

Pour ces deux institutions, les millions de dollars ont été dépensés ; des efforts titanesques ont été consentis. Mais qui osera reprocher à ces deux femmes la justesse de leurs actions ? N’y a-t-il pas là un terreau d’inspiration pour toutes ces initiatives individuelles occidentales qui se demandent comment aider le continent noir à s’en sortir ? Car il ne faut plus se dire que c’est avec l’accroissement de l’aide bilatérale que les choses changeront.

 

L’éducation est le sillon des grandes espérances pour l’Afrique. Elle est cruciale à son développement, à sa croissance, à sa modernité. Plus il y aura de petits africains éduqués, moins il y aura une Afrique dépendante.

 
Guillaume Camara

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil