Attention Google est là. Et quand on est avec les femmes, on se doit être élégant. Ce conseil Eugène Rwamucyo aurait dû l’entendre. Puisqu’une infirmière, à qui il avait tenu des propos désobligeants sur son embonpoint, vient de révéler en tapant sur ce célèbre moteur de recherche que ce médecin rwandais était recherché par Interpol.

 

Les faits qui le concernent sont gravissimes : soupçon d'implication dans le génocide au Rwanda et de crimes de guerre. A l’hôpital de Maubeuge, dans le nord de France, où exerçait le praticien depuis 2008, personne n’était au courant de son passé équivoque. Même les services de l’Etat français (pourtant  réputés comme étant les plus sourcilleux au monde) n’ont rien vu. Y a-t-il eu dysfonctionnement dans le traitement du dossier de M. Rwamucyo (qui administrativement est en règle) ?

 

L’énigme est immense. La douleur aussi. Car faut-il le rappeler, en 1994, les extrémistes hutus ont tué environ 800.000 personnes. La plupart étaient des tutsis.

 

Guillaume Camara

Retour à l'accueil