carte_tunisie.gif

 

L’immolation de Mohammed Bouazizi à Sidi Bouzid n’aura donc pas été une vaine chose. Car si aujourd’hui la Tunisie a fait un saut éclatant vers les urnes afin de se doter d’une loi fondamentale, c’est parce qu’il y a eu ce geste sublime, héroïque, désespéré, de ce jeune homme dont le quotidien était devenu un enfer.

 

Un enfer partagé par tant de ses jeunes contemporains qui, ayant achevé les chères études supérieures, ne trouvaient pas de job. Se sentaient abandonnés par leur société politique qui avait décrété cyniquement que leur vie serait un hiver perpétuel.

 

Bouazizi est un extraordinaire révolutionnaire d’outre-tombe ! Sans l’avoir peut-être prédit, subodoré, son radicalisme aura modifié le visage de la Tunisie. Les mutations politiques et sociales qu’y sont engagées resteront irréversibles. Et nul ne pourra les annihiler. Pas même les islamistes d’Ennahda qui, au sein du nouveau Parlement constituant, seront incapables de faire tout, tout seuls, sans l’aide des coalitions dites démocratiques. Leur mariage sera nécessaire et rédempteur. Parce que gage d’un travail législatif fécond.

 

Guillaume Camara

 

Retour à l'accueil